Accueil > Et si on parlait du risque nucléaire

Rubrique Projets d'établissement en démarche de développement durable

Et si on parlait du risque nucléaire

Le 21 mai 2013 - Sandrine Esquirol-Paquerot

Collège André MALRAUX
4 boulevard Albert EINSTEIN
21000 DIJON

Sandrine ESQUIROL-PAQUEROT

Année scolaire concernée : 2012-2013

Matière concernée par le projet : SVT

Nombre d’élèves : 4 classes de 4°

Objectifs Pédagogiques :
* Comprendre la notion de risque majeur.
* Etre à même de trouver et de comprendre les informations nécessaires à l’identification, des risques majeurs auxquels les élèves sont exposés.
* Connaître les acteurs de la gestion des risques.
* Connaître les différents signaux d’alerte et les consignes à appliquer en cas d’alerte.
* Sensibiliser les élèves à la prévention des catastrophes naturelles et technologiques.

Partenaires sollicités :

IFFO-RMé
Madame Geneviève BAUMONT de l’IRSN

Ressources documentaires utilisées :

Le portail de la prévention des risques majeurs du MEEDDAT : prim.net
Internet pour effectuer des recherches documentaires.
Exposition de l’IFFO-RMé sur le risque nucléaire

Description détaillée du projet :

Dans le contexte du développement durable la question du nucléaire se pose en termes de choix de société. Tout citoyen doit donc pouvoir avoir accès à l’information, la comprendre et ainsi, au regard des risques, prendre une meilleure part à sa sécurité.

Dans un premier temps, les élèves ont pu accéder librement à l’exposition Gafforisk « radioactivité et nucléaire », qui était exposée dans le hall d’entrée du collège.

Puis dans un second temps, ils ont eu une intervention de la part de Madame Geneviève Baumont, spécialiste de l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire).

De ce fait, l’exposition Gafforisk « radioactivité et nucléaire », ainsi que les interventions conjointes des experts de l’I.R.S.N. ont contribué à vulgariser un sujet encore perçu comme très scientifique et complexe, tout en représentant une judicieuse stratégie d’information et d’éducation des jeunes.

En effet, l’éducation aux risques majeurs est une nécessité, dans la mesure où la prévention commence par la prise de conscience du risque. Or cela n’est rendu possible que par le vécu ou par la culture du groupe dans lequel on vit. C’est seulement à partir de là, que tout individu va pouvoir acquérir cette conscience par la connaissance du territoire où il vit. Et en intériorisant la connaissance du risque, là où il est, l’individu pourra avoir un comportement adapté et devenir responsable.

Cette éducation préventive a permis d’engager une réflexion sur les conditions de développement durable des régions à risques, afin de garantir la sécurité et qualité de vie.

Cette exposition a permis de traiter un autre risque majeur et venait donc en complément du travail fait en classe, mais apportait également des réponses, aux questions que de nombreux élèves se posaient par rapport à ce qui s’est passé le 11 mars 2011.