Contacter les personnes ressources edd de l'académie
search

Accueil > Actualités > LA COMMUNICATION EMBRYONNAIRE CHEZ LES TORTUES AUSTRALIENNES

LA COMMUNICATION EMBRYONNAIRE CHEZ LES TORTUES AUSTRALIENNES

Ou comment mettre toutes les chances de son côté...

lundi 5 décembre 2011, par Marie Delahaye

Lorsque l’on étudie avec les élèves l’action de l’environnement sur les êtres vivants, la température est souvent présentée comme l’un des facteurs abiotiques ayant un rôle prépondérant sur la durée d’incubation des oeufs puis du développement. Une découverte récente apporterait la preuve que l’animal peut s’affranchir de cette loi.

Lors de la ponte, la tortue d’eau douce australienne enterre ses œufs sur la rive puis quitte définitivement le nid, abandonnant ses futurs petits. Après 50 à 70 jours, les petits sortent de leurs coquilles et quittent leur abri pour rejoindre le fleuve, à la proie des renards et des varans.

Tortues

Afin d’ optimiser la survie de la couvée, les petites tortues ont développer une stratégie visant à synchroniser leur éclosion pour quitter toutes ensemble le nid. Cela est d’autant plus surprenant qu’au sein du nid, chaque œuf occupe une position particulière et est, de ce fait, soumis à ses propres variables de température qui déterminent un temps d’incubation qui lui est propre.

Les œufs de surface, où la température est de 6°C de plus qu’au fond du nid, devraient donc éclore en premier. Cependant, les œufs situés au fond du nid sont capables de réduire leur durée d’incubation, les embryons accélérant leur rythme cardiaque et leur métabolisme afin d’éclore au même moment que leurs semblables évoluant à une température plus élevée.

Hormis ce constat d’un développement indépendant de la température, les chercheurs n’ont pas encore élucidé le mécanisme permettant aux petites tortues de communiquer entre elles et d’échanger sur l’avancée de leur développement.