Accueil > Rapport officiel sur l’accident nucléaire de Fukushima

Rubrique Ressources

Rapport officiel sur l’accident nucléaire de Fukushima

Le 8 janvier 2013 - Sandrine Esquirol-Paquerot

Le résumé du rapport de la commission nommée par le Parlement japonais sur la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima Daï Ichi.

Le résumé du rapport de la commission nommée par le Parlement japonais sur la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima Daï Ichi, a été traduit en français à partir de sa version anglaise. Il est accessible au niveau du lien suivant : cliquez ici

Les membres, qui ont participé à cette commission, sont tous extérieurs à l’industrie nucléaire, ils ont été désignés par les parlementaires. Ils ont auditionné plus de 1000 personnes durant plus de 900 heures.

Pour information, voici l’introduction du président de la commission :

LE SÉISME ET LE TSUNAMI du 11 mars 2011 sont des catastrophes naturelles dont l‘ampleur a choqué le monde entier. Quoiqu‘il ait été déclenché par ces cataclysmes, l‘accident de Fukushima Daiichi qui s‘en est suivi ne peut pas être considéré comme une catastrophe naturelle. Ce fut un désastre d’origine spécifiquement humaine ‒ qui aurait pu et aurait dû être prévu et empêché. De plus, ses effets auraient pu être atténués par une réponse plus efficace.

Comment un tel accident a-t-il pu se produire au Japon, une nation qui a une telle préoccupation de sa réputation d’excellence en ingénierie et en technologie ? Cette Commission est d’avis que le peuple japonais ‒ et la communauté mondiale ‒ méritent une réponse complète, honnête et transparente à cette question.

Nos rapports listent une multitude d’erreurs et de négligences délibérées qui ont laissé la centrale de Fukushima démunie devant les événements du 11 mars. Ils examinent également de graves lacunes dans la gestion de l’accident par TEPCO, les régulateurs et le gouvernement.

Malgré tous les détails qu‘il fournit, ce rapport ne peut pas réellement faire comprendre, surtout à une audience internationale, l‘état d‘esprit qui a nourri la négligence à la source de cette catastrophe. Ce qu‘il faut admettre, aussi douloureux soit-il, c‘est que nous avons à faire à un désastre « made in Japan ».

Les raisons fondamentales sont à chercher dans le souci des convenances qui fait partie intégrante de la culture japonaise : notre obéissance automatique, notre réticence à remettre en cause l‘autorité, notre attachement au « respect du programme », notre dépendance au groupe et notre insularité. Si d‘autres Japonais s‘étaient trouvés à la place de ceux qui sont responsables de l‘accident, le résultat aurait fort bien pu être le même.

Après les « chocs pétroliers » des années 1970, le Japon a accéléré le développement de l‘énergie nucléaire pour s‘efforcer d‘assurer la sécurité énergétique nationale. C‘est ainsi que ce développement est devenu un objectif politique pour le gouvernement comme pour l‘industrie et qu‘il a été poursuivi avec cette détermination farouche qui a permis le miracle économique d‘après guerre au Japon.

Forte d‘un tel mandat, l‘énergie nucléaire est devenue une force échappant au contrôle de la société civile. Sa régulation a été confiée à une bureaucratie gouvernementale engagée dans sa promotion. À une époque où le Japon avait une grande confiance en soi, une petite élite soudée bénéficiant d’énormes ressources financières avait peu d‘égards pour ce qui n‘était « pas inventé ici ».

Cette arrogance a été renforcée par la mentalité collective de la bureaucratie japonaise, pour laquelle le premier devoir de tout bureaucrate est de défendre les intérêts de son organisation. Poussée à l’extrême, cette mentalité a conduit les bureaucrates à placer les intérêts de l’organisation avant leur devoir primordial, qui est de protéger la population.

C‘est seulement en l‘abordant ainsi que l‘on peut comprendre comment l’industrie nucléaire japonaise est passée à côté des leçons de Three Mile Island et de Tchernobyl, et comment il est devenu habituel de résister à la pression réglementaire et de dissimuler les petits accidents. C’est cette mentalité qui a conduit à la catastrophe de Fukushima Daiichi.

Ce rapport critique sévèrement de nombreux individus et organisations, mais l’objectif n’est pas ‒ et ne devrait pas être ‒ la réprobation. L’objectif doit être de tirer les leçons de cette catastrophe, et de réfléchir profondément sur ses causes fondamentales, afin de s’assurer qu’elle ne se répète jamais.

Parmi les leçons à tirer, beaucoup ont trait aux politiques et aux procédures, mais la leçon principale devrait inciter chaque citoyen japonais à se livrer à une profonde réflexion.

Les conséquences de la négligence de Fukushima se sont révélées catastrophiques mais la mentalité sousjacente se retrouve d‘un bout à l‘autre du Japon. En admettant ce fait, chacun d‘entre nous se doit de s‘interroger sur notre responsabilité en tant qu‘individus dans une société démocratique.

Parce que nous sommes la première commission d‘enquête indépendante de la bureaucratie et disposant de l‘aval de la législature, nous espérons que cette initiative pourra contribuer au développement de la société civile japonaise.

Et surtout, nous avons entrepris de produire un rapport qui satisfasse aux plus hautes exigences de la transparence. Les habitants de Fukushima, la population du Japon et la communauté internationale ne peuvent se contenter de moins.